A propos du film « Grâce à Dieu »

A n’en pas douter, le film « Grâce à Dieu » de François Ozon qui sort le 20 février en salle sera comme le « porte-voix » des victimes de Preynat. Il est important pour chacun de prendre conscience de ce qu’elles ont traversé, combien ce qu’elles ont subi a marqué, marque et marquera encore durablement leur vie. Le procès du mois dernier a permis à chacun (victimes et accusés) de s’exprimer, et dire tout ce qu’il avait à dire, et c’est un bien.
Le hasard des calendriers va faire que ce film va sortir alors que le principal et premier accusé, Preynat, n’a toujours pas été jugé, et que le jugement du procès de janvier ne sera pas encore rendu. Malgré cela, comme les commentaires, amalgames et excès de langage (en particuliers sur les réseaux sociaux) suite au film ne manqueront pas, sachons, si nous souhaitons réagir, faire preuve de sagesse, de modération et de mesure évangélique dans ce que nous dirons. Nous devons toujours soutenir et nous situer sans ambiguïté et sans réserve du côté des victimes, mais aussi ne pas enfoncer ceux que la justice ne déclarerait pas coupables. Franck Gacogne