Retour au confinement (2)

Permettez qu’à la suite d’un message, envoyé par l’un d’entre vous, je vous invite à méditer sur le Psaume 137 (136). Ce psaume porte la trace de la douloureuse expérience vécue par le peuple juif déporté en exil. Il se termine par des versets de malédiction qui peuvent nous choquer par leur violence. Ils nous choquent parce que, bien après, Jésus, qui a prié avec ces psaumes, nous aura aussi appris à prier pour nos ennemis. Peut-être ces versets peuvent-ils aujourd’hui nous aider à ne pas ignorer le ressentiment qui peut parfois nous habiter pour que nous puissions le soigner. Reste le plus important du psaume : la nostalgie. Nostalgie qui rejoint la nôtre sur le temps d’avant le confinement.

Les juifs n’avaient plus accès à leur Temple, qui de plus avait été rasé (cf. v.7). Ils ne pouvaient plus rendre le culte qu’il avait élaboré pour se tourner vers le Dieu de l’alliance avec son peuple. Ils n’avaient plus le cœur à chanter.

Les prophètes d’alors – particulièrement Ezéchiel –vont les inciter à approfondir leur foi d’exilés : «  Je vous donnerai un cœur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau. J’ôterai de votre chair le cœur de pierre, je vous donnerai un cœur de chair ».(Ez.36, 26). Ils vont les réveiller à l’espérance pour ne pas en rester à la nostalgie : « Vous, montagnes d’Israël, vous produirez vos rameaux et vous porterez votre fruit pour mon peuple Israël, car il va bientôt revenir. » (Ez.36, 8).

Notre situation est moins tragique. Nous ne pouvons pas encore revenir dans nos églises, si ce n’est de façon individuelle aux heures d’ouverture prévues. Nous ne pouvons pas encore vraiment chanter, mais nous sommes amenés à cultiver notre prière personnelle pour nous préparer à mieux vivre nos célébrations communautaires. Nous ne voyons plus les visages aimés, mais nous pouvons réfléchir utilement à ce que nous pouvons améliorer dans nos relations pour l’amour de Dieu croisse dans notre communauté. Nous pouvons, comme Israël, à l’écoute de la Parole de Dieu, convertir notre nostalgie en espérance.

Pour vous aider dans ce sens, je vous livre ce poème d’un ami, intitulé « Dieu ma nostalgie », poème inspiré directement du Psaume 137 (136)

Courage !

P. Pierre Lathuilière

Jeudi 7 Mai 2020

P.S : Vous pouvez aussi écouter sur internet la version musicale de Gounod ou le célèbre chœur de Nabuco « Va pensiero » par Verdi.