Méditation samedi 3ème semaine temps Avent

Evangile selon saint Luc

Il y avait, au temps d’Hérode le Grand, roi de Judée, un prêtre du groupe d’Abia, nommé Zacharie. Sa femme aussi était descendante d’Aaron ; elle s’appelait Élisabeth. Ils étaient l’un et l’autre des justes devant Dieu : ils suivaient tous les commandements et les préceptes du Seigneur de façon irréprochable. Ils n’avaient pas d’enfant, car Élisabeth était stérile et, de plus, ils étaient l’un et l’autre avancés en âge.
Or, tandis que Zacharie, durant la période attribuée aux prêtres de son groupe, assurait le service du culte devant Dieu, il fut désigné par le sort, suivant l’usage des prêtres, pour aller offrir l’encens dans le sanctuaire du Seigneur. Toute la multitude du peuple était en prière au dehors à l’heure de l’offrande de l’encens. L’ange du Seigneur lui apparut, debout à droite de l’autel de l’encens. À sa vue, Zacharie fut bouleversé et la crainte le saisit. L’ange lui dit : « Sois sans crainte, Zacharie, car ta supplication a été exaucée : ta femme Élisabeth mettra au monde pour toi un fils, et tu lui donneras le nom de Jean. Tu seras dans la joie et l’allégresse, et beaucoup se réjouiront de sa naissance, car il sera grand devant le Seigneur. Il ne boira pas de vin ni de boisson forte, et il sera rempli d’Esprit Saint dès le ventre de sa mère ; il fera revenir de nombreux fils d’Israël au Seigneur leur Dieu ; il marchera devant, en présence du Seigneur, avec l’esprit et la puissance du prophète Élie, pour faire revenir le cœur des pères vers leurs enfants, ramener les rebelles à la sagesse des justes, et préparer au Seigneur un peuple bien disposé. » Alors Zacharie dit à l’ange : « Comment vais-je savoir que cela arrivera ? Moi, en effet, je suis un vieillard et ma femme est avancée en âge. » L’ange lui répondit : « Je suis Gabriel et je me tiens en présence de Dieu. J’ai été envoyé pour te parler et pour t’annoncer cette bonne nouvelle. Mais voici que tu seras réduit au silence et, jusqu’au jour où cela se réalisera, tu ne pourras plus parler, parce que tu n’as pas cru à mes paroles ; celles-ci s’accompliront en leur temps. »
Le peuple attendait Zacharie et s’étonnait qu’il s’attarde dans le sanctuaire. Quand il sortit, il ne pouvait pas leur parler, et ils comprirent que, dans le sanctuaire, il avait eu une vision. Il leur faisait des signes et restait muet. Lorsqu’il eut achevé son temps de service liturgique, il repartit chez lui. Quelque temps plus tard, sa femme Élisabeth conçut un enfant. Pendant cinq mois, elle garda le secret. Elle se disait : « Voilà ce que le Seigneur a fait pour moi, en ces jours où il a posé son regard pour effacer ce qui était ma honte devant les hommes. »

Méditation des soeurs du Prado avec leurs voisins

Luc nous décrit un contexte très précis, très détaillé, préparant et mettant en relief l’enracinement d’un événement important.

Un contexte marquant des personnes : Zacharie et Elisabeth sont situés dans leur contexte politique, leur généalogie, leur filiation, enracinés dans leurs coutumes religieuses, dans la joie et l’attente du peuple…

Avec une épreuve dans leur couple, la stérilité d’Elisabeth  « qui faisait sa honte ».

Vu leur âge, Zacharie et Elisabeth  n’avaient plus de raison d’espérer l’enfant qu’ils avaient peut-être demandé à Dieu dans leur prière…

Aujourd’hui, dans cet Evangile, Leur prière semble plus tournée, comme celle de leur peuple, vers l’attente du « salut messianique  » l’arrivée du Messie.

Zacharie  « assure le service du culte », l’arrivée de l’Ange opère une rupture dans toute cette tradition : l’impossible arrive, l’annonce d’un enfant, avec un  nom,  une vocation précise, détaillée, qui produira joie et allégresse « beaucoup se réjouiront de sa naissance »

Zacharie est « saisi de crainte ». Difficile à croire, et pourtant bien réelle… cette annonce. Mais son incrédulité  n’empêchera pas la réalisation de l’œuvre de Dieu, nous témoignant de la Force de l’œuvre du Seigneur au-delà de nos premières réactions.

La demande de Zacharie et du peuple est exaucée, cet enfant sera le  premier signe de l’arrivée du Messie. Et comme dans tous les  récits de vocation, Zacharie est invité à la confiance : « Sois sans crainte Zacharie »

Zacharie a demandé un signe, paradoxalement ce signe lui est donné par le silence dans lequel il est plongé. Ce silence : celui de l’attente ? Celui de la maturation ? l’enfant qui vient est donné par Dieu, il est à Dieu, Zacharie va  s’ajuster humblement.

Jean Baptiste nous est présenté, comme le « nouvel Elie » avec la même mission : celle de  « ramener le cœur des pères  vers leurs enfants » et de conduire « le cœur des rebelles à penser comme les justes »

Nous aussi, nous sommes rebelles. Croire à la puissance de Dieu dans nos vies, nous demande une conversion. Nous sommes marqués par le quotidien, par la routine, de la vie. Dieu nous rejoint ici-même, dans notre service, notre prière. Au- delà de nos doutes, l’œuvre de Dieu, se réalise et nous surprend toujours.

Entrons dans cette irruption de Dieu dans nos vies avec courage, confiance, et persévérance, Entrons aussi dans l’ « Action de Grâce  » pour « Celui qui est venu, qui vient, et qui viendra. »