Méditation vendredi 3ème semaine Temps Avent

Evangile selon Saint Matthieu

Voici comment fut engendré Jésus Christ : Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ; avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint. Joseph, son époux, qui était un homme juste, et ne voulait pas la dénoncer publiquement, décida de la renvoyer en secret. Comme il avait formé ce projet, voici que l’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ; elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » Tout cela est arrivé pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : Voici que la Vierge concevra, et elle enfantera un fils ; on lui donnera le nom d’Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous ».

Méditation des soeurs missionaires catéchistes du Sacré Coeur


Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse.

Huit jours avant Noël, l’Eglise nous propose « les évangiles de l’enfance ». Ces pages ont un caractère particulier, assez différent du reste de l’Evangile : les évangélistes n’en ont pas été les témoins directs comme le seront des évènements qu’ils ont vécu avec Jésus depuis son baptême jusqu’à l’Ascension. Matthieu et Luc ont recueilli les renseignements qu’ils nous donnent sur l’enfance de Jésus, ce sont les confidences de Marie.

              « Or, avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint. Joseph qui était un homme juste, ne voulait pas la dénoncer publiquement ; décida de la répudier en secret. »

              Joseph a dû vivre un véritable combat. Il ne peut pas accuser Marie d’infidélité car il voit le rayonnement de sa vertu. Il peut moins encore la dénoncer publiquement pour la livrer à la procédure rigoureuse et effroyable de la lapidation. La solution la plus juste est de la répudier en secret. Il faudra l’intervention de l’ange, envoyé par Dieu pour qu’il comprenne, accepte, et obéisse à la volonté de Dieu.

              « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse. L’enfant qui engendré en Marie vient de l’Esprit Saint. Ce fils, tu lui donneras le nom de Jésus (c’est à dire le Seigneur sauve) ».

              L’annonce à Joseph a plusieurs traits communs avec l’annonciation à Marie. La conception virginale sous l’action de l’Esprit Saint, un nom donné à l’enfant qui signifie sa mission.                                        Dieu qui est à l’oeuvre par son Esprit Saint dans l’existence de Marie, intervient parallèlement dans la vie de Joseph et lui découvre son plan. Aussitôt Joseph ne craindra plus d’accueillir chez lui Marie son épouse et il va avoir un rôle irremplaçable dans l’avènement du Messie. Grâce à lui, l’enfant à naitre sera légalement rattaché à la lignée David. Grâce à lui, en Jésus de Nazareth on pourra reconnaître le Christ, tel qu’il était annoncé par Isaïe.                                                  Jésus entre ainsi dans la mission qui est celle du Messie dans l’histoire du peuple de Dieu par l’intermédiaire de Joseph qui l’adopte légalement comme Fils.                                                            

              Je contemple la délicatesse de Joseph ce juste capable d’entrer dans les secrets de Dieu. Dieu a besoin des hommes. Marie et Joseph reçoivent une responsabilité exceptionnelle. Dans nos vies, il arrive qu’une situation contraignante, inattendue où Dieu semble venir briser nos projets, en fait, l’appel à un nouvel accueil de la volonté de Dieu.

              « Tu lui donnera le nom de Jésus (c’est à dire le Seigneur sauve) » 

              La première lecture de ce jour nous donne cette prophétie : Jérémie 23,5 « Voici venir des jours oracle du Seigneur où je susciterai pour David un Germe juste : il règnera en vrai roi, il agira avec intelligence, il exercera dans le pays le droit et la justice. En ces jours-là, Juda sera sauvé et Israël habitera en sécurité. »

              L’enfant que nous allons célébrer à Noël est bien Jésus Sauveur.  L’accueillerai-je comme celui qui est mon Sauveur celui qui me libère de mes péchés ?

              Comme hier, Dieu prend l’initiative aujourd’hui ! Son appel suscite toujours la joie ! L’impossible à l’homme se réalise encore ! Et le cœur de l’homme peut toujours retrouver en Dieu une vraie liberté.

              Comment nous situer devant Dieu aujourd’hui ? En faisant nous aussi ce que Dieu nous dit de faire.

              Que la fête de Noël qui approche nous stimule à mettre nos pas dans ceux de Marie et de Joseph. Ne passons pas à côté de ce signe que Dieu nous donne. Laissons le message de l’incarnation répandre sa grâce dans nos cœurs.