Toutes les prières de la semaine

Seigneur, tu aimes parler au cœur de l’homme.

Seigneur, tu aimes parler au cœur de l’homme. Tu nous parles quand notre cœur est dans le calme, une fois les agitations et le bruit chassés. Quand mon cœur est en paix, que la tempête est passée, ta voix peut résonner en mon cœur Seigneur, apprends-moi à pacifier mon cœur pour que je puisse entendre ta voix ! Ta providence est présente dans toute ma vie, dans les choix importants comme dans les petits détails. Ta providence m’entoure d’amour et de tendresse même si les circonstances sont difficiles et que tu parais absent. Oui, Seigneur, je le crois. Augmente la confiance que j’ai en toi, raffermis-la !

Je prends la résolution de faire un acte de foi : Je choisis de me tourner vers le Seigneur et de lui dire : « Jésus, j’ai confiance en toi, mon Seigneur et mon Dieu ! »

Patricia Freisz

Dieu rejoint l’homme dans les plis de sa vie

Je crois en Dieu qui rejoint l’homme dans les plis de sa vie, qui se fait connaître de lui par une présence aimante.

Je crois en un Dieu qui ne comble aucun vide, mais qui vient habiter avec moi les vides de ma vie.

Je crois au Christ, humain comme nous, et fidèle au-delà de nous.

Je crois au Fils de Dieu qui m’aide à devenir enfant de Dieu.

Je crois à l’esprit d’adoption qui me donne Dieu pour père et les humains comme frères et sœurs.

Je crois en l’Esprit de Dieu qui anime notre foi et nous révèle le règne de Dieu.

Je crois en Dieu qui rejoint l’homme dans les plis de sa vie.

Béatrice Cléro-Mazire

 

Seigneur Jésus,

Inonde-moi de ton Esprit et de ta vie.
Prends possession de tout mon être
Pour que ma vie ne soit qu’un reflet de la tienne.
Rayonne à travers moi, habite en moi
Et tous ceux que je rencontrerai
Pourront sentir ta présence auprès de moi.
En me regardant, ils ne verront
Plus que toi seul Seigneur.
Demeure en moi
Et alors je pourrai, comme toi, rayonner
Au point d’être à mon tour une lumière pour les autres,
Lumière, Seigneur, qui émanera complètement de Toi
C’est toi qui, à travers moi, illumineras les autres.
Ainsi ma vie deviendra une louange à ta gloire,
La louange que tu préfères,
En te faisant rayonner sur ceux qui nous entourent.
Par la plénitude éclatante de l’amour
Que te porte mon coeur.

Cardinal John Henry Newman

Les deux joies

Il y a la joie qui vient du dehors
Et il y a celle qui vient du dedans.
Je voudrais que les deux soient tiennes.
Qu’elles remplissent les heures de ton jour et les jours de ta vie.
Car lorsque les deux se rencontrent et s’unissent,
Il y a un tel chant d’allégresse que ni le chant de l’alouette
ni celui du rossignol ne peuvent s’y comparer.
Mais si une seule devait t’appartenir,
si pour toi je devais choisir,
je choisirais la joie qui vient du dedans.
J’aime les joies du dehors.
Je n’en renie aucune.
Toutes, elles sont venues dans ma vie quand il le fallait…
Mais j’ai besoin de quelque chose qui dure,
de quelque chose qui n’a pas de fin, qui ne peut pas finir.
Et la joie du dedans ne peut pas finir.
Elle est comme une rivière tranquille, toujours la même, toujours présente.
Elle est comme le rocher,
comme le ciel et la terre qui ne peuvent ni changer ni passer.
Je la trouve aux heures de silence, aux heures d’abandon.
Son chant m’arrive au travers de ma tristesse et de ma fatigue.
Elle ne m’a jamais quitté.
Si une seule joie devait t’appartenir,
si pour toi je devais choisir,
je choisirais la joie qui vient du dedans.
C’est Dieu – c’est le chant de Dieu en moi,
cette force tranquille qui dirige les mondes et qui conduit les hommes
et qui n’a pas de fin, qui ne peut pas finir.

Anonyme

L’Hymne à la Sainte Trinité « Grâce Te soit rendue » :

« Grâce Te soit rendue,
Père très Saint,
Dieu Créateur.
Amour caché d’avant le temps :
Tu nous donnes ton Fils.
Grâce Te soit rendue,
Nous pouvons T’appeler notre Père.

Grâce Te soit rendue,
Fils du Très-Haut,
Jésus-Sauveur,
Amour de Dieu au cœur du temps,
Tu es né de Marie.
Grâce Te soit rendue
Car Tu es devenu notre Frère.

Grâce Te soit rendue,
Esprit de Dieu,
Flamme et fraîcheur.
Amour qui s’offre maintenant
Tu es Souffle de vie.
Grâce Te soit rendue,
Tu éveilles en nos cœurs la prière. »

Ainsi soit-il.

Frère Gilles Baudry osb

Viens, Esprit-Saint, en nos coeurs,

Viens, Esprit-Saint, en nos coeurs,
et envoie du haut du ciel
un rayon de ta lumière.

Viens en nous, père des pauvres.
Viens, dispensateur des dons.
Viens, lumière en nos coeurs.

Consolateur souverain,
hôte très doux de nos âmes,
adoucissante fraîcheur.

Dans le labeur, le repos ;
dans la fièvre, la fraîcheur ;

dans les pleurs, le réconfort.

O lumière bienheureuse,
viens remplir jusqu’à l’intime
le coeur de tous tes fidèles.

Sans ta puissance divine,
il n’est rien en aucun homme,
rien qui ne soit perverti.

Lave ce qui est souillé,
baigne ce qui est aride,
guéris ce qui est blessé.

 

Assouplis ce qui est raide,
réchauffe ce qui est froid,
rends droit ce qui est faussé.

 

A tous ceux qui ont la foi
et qui en toi se confient,
donne tes sept dons sacrés.

 

Donne mérite et vertu
donne le salut final
donne la joie éternelle.

 

Amen.

Séquence

Au Dieu Père, Fils et Esprit

Dieu éternel et miséricordieux,
toi qui es un Dieu de paix, d’amour et d’unité,
nous te prions, Père,
et nous te supplions de rassembler,
par ton Esprit Saint, tout ce qui est divisé.

Veuille aussi nous accorder de nous convertir à ton unité,
de rechercher ton unique et éternelle vérité,
et de nous abstenir de toute dissension.

Ainsi nous n’aurons plus qu’un seul cœur,
une seule volonté, une seule science,
un seul esprit, une seule raison.

Et, tournés tout entiers
vers Jésus Christ, notre Seigneur,
nous pourrons, Père, te louer d’une seule bouche,
et te rendre grâce par notre Seigneur Jésus Christ
dans l’Esprit Saint.

 

 

Martin Luther KING

Nous sommes un avec Toi

Dieu, nous sommes un avec Toi.
Tu nous as faits un avec Toi.

Tu nous as enseigné que,
si nous sommes accueillants
les uns avec les autres, tu demeures en nous.

Aide-nous à garder cette ouverture
et à nous battre pour elle de toutes nos forces.

En nous acceptant les uns les autres
complètement, totalement, le cœur grand ouvert,
c’est toi que nous acceptons,
c’est toi que nous aimons de tout notre être.

Car notre être est au cœur de ton être
et notre esprit s’enracine dans ton esprit.

Emplis-nous d’amour et fais que l’amour
nous lie les uns les autres
tandis que nous parcourons nos chemins divers.

Thomas MERTON

Seigneur, tu nous appelles

Seigneur,
tu nous appelles tous à porter du fruit
à être féconds dans ta vigne
à être les instruments privilégiés
par lesquels tu communiques ta grâce au monde.

Mais, nous voulons tous
porter un fruit immédiat
et nous ne nous prêtons pas
aux longues maturations
qui préparent les plus beaux fruits…

Nous nous agitons,
nous donnant l’illusion
que nous sommes indispensables
oubliant que c’est TOI,
le Maître de la vigne
et qu’en dehors de TOI,
nous ne pouvons rien faire…

Seigneur, en ce jour,
nous nous mettons entre tes mains
pour que tu nous émondes
de tout ce qui empêche ton Amour
de couler en nous…

Seigneur, au jour de l’épreuve,
nous bénirons ta main
qui nous purifie
pour te laisser toute la place…

Seigneur, nous souhaitons
qu’un jour notre fruit te rende gloire
et que nous soyons vraiment tes disciples…

 

 

Lumière pour l’homme...

Lumière pour l’homme aujourd’hui
qui vient depuis que sur la terre
il est un pauvre qui t’espère,
atteins jusqu’à l’aveugle en moi :
touche mes yeux afin qu’ils voient
de quel amour tu me poursuis.
Comment savoir d’où vient le jour
si je ne reconnais ma nuit ?

Parole de Dieu dans ma chair
qui dit le monde et son histoire
afin que l’homme puisse croire,
suscite une réponse en moi :
ouvre ma bouche à cette voix
qui retentit dans le désert.
Comment savoir quel mot tu dis
si je ne tiens mon coeur ouvert ?

Semence éternelle en mon corps
vivante en moi plus que moi-même
depuis le temps de mon baptême,
féconde mes terrains nouveaux :
germe dans l’ombre de mes os
car je ne suis que cendre encore.
Comment savoir quelle est ta vie
si je n’accepte pas ma mort ?

Didier Rimaud, "Les arbres dans la mer"

Ô Seigneur,

Ô Seigneur, comme je me sens proche de Thomas qui ne pouvait pas croire sans avoir
vu, sans avoir touché.

Tout au long des jours, j’ai tant besoin de signes aussi petits soient-ils…. signes
d’affection, preuves d’amour,
besoin d’être reconnu, accueilli, besoin de savoir, tout simplement que j’existe.
Comme il serait rassurant de me nourrir de preuves, de savoir pour croire, de balayer le
doute à jamais…

Ô Seigneur, ne laisse pas le doute s’installer en moi.
Fais que grandisse en moi ma confiance en Toi
Et que je sois heureux de croire sans avoir vu !

 

Anonyme

Prière au Christ vainqueur

« Jésus, tu es l’agneau véritable qui as enlevé le péché du monde. En mourant, tu as détruit notre mort. En ressuscitant, tu nous rends la vie. Par ta résurrection le matin de Pâques, tu nous ouvres à la vie éternelle. Que l’Esprit Saint renouvelle la foi, l’espérance et la charité de notre famille. Accorde à chacun de nous d’être fidèle par toute sa vie à son baptême qui fait passer de la mort à la vie. Que nos cœurs partagent la même foi et, dans la vie de chaque jour, le même amour. Chasse loin de nous le péché en nous réconciliant avec toi pour que nous partagions la liberté parfaite avec tous les saints. Nous qui sommes chargés d’annoncer tes merveilles, nous voulons exprimer par toute notre vie la joie de Pâques que nous célébrons maintenant. Donne-nous d’accueillir avec allégresse les fruits de la résurrection. Que notre famille rayonne de la présence du Christ vainqueur de la tristesse, des larmes et du péché. Amen ! Alléluia ! »

Ludovic Lécuru

Prendre un rameau

Prendre un rameau est une invitation adressée au Christ : « viens, Tu peux franchir les
portes de la ville.
Ce que Tu dis et ce que Tu fais, je le mets dans ma vie, car je crois que Tu es Dieu venu
m’inviter à être heureux ».
Prendre un rameau, c’est prendre la décision de sortir à la suite de Jésus… C’est une
démarche libre, c’est un geste de croyant, un choix.
Venir chercher un rameau, le prendre, le tenir en main et le garder bien en vue à la
maison, c’est décider d’ouvrir la porte à l’Evangile et d’accueillir Dieu par des gestes
concrets à l’égard de nos frères chaque jour. Ainsi soit-il.

Père Charles Singer

Chaos en moi, Seigneur

Chaos en moi, Seigneur.
Mon cœur d’un côté, ma raison de l’autre ?
Impulsions néfastes que la foi contrôle.
Evénements multiples, sans lien apparent.
Epreuves un jour, joies un autre.
Pourquoi suis-je ce carrefour de tant de routes ?
Je voudrais être un, je suis plusieurs.
Je te regarde, Seigneur.
En toi je cherche la réponse.
Tu n’es pas seul si tu es unique.
Tu es famille, tu es société.
Personnes libres et autonomes.
Cependant tu es un dans le ciment de l’amour.
C’est là ta réponse, Seigneur.
L’amour. L’unité dans l’amour.
Aimer la raison et le cœur.
Aimer la chair et la grâce. La nuit et le jour.
Apprends-moi à aimer
pour que le multiple de ma vie
devienne un dans mon cœur.

 

Jacques Haimade "le temps de l'homme"

Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic

Seigneur, tu interviens un peu brutalement dans le Temple et tu pourrais intervenir sans doute aussi brutalement dans notre vie à chacun et chacune de nous : nous te verrions prendre un fouet et renverser tout ce qui, en nous, abîme l’Homme et ternit tout ce qui nous empêche d’aller jusqu’au bout de nos engagements à ta suite.

Mais ayons le courage de te laisser agir là où nous n’avons même plus la force de bouger.

Oui, Seigneur, aide-nous à bannir de nos vies tout ce qui est marchandage, complicités devant le non respect de la dignité humaine ! « Toute personne est une histoire sacrée, toute personne est à l’image de Dieu, le Temple de Dieu ». « Fratelli Tutti… » : Tous frères et sœurs !

Tous, nous habitons la même maison, la Terre. Apprends-nous, Seigneur, à nous aimer comme des frères et sœurs sur notre planète Terre, sans aucun marchandage entre nous, à nous respecter les uns les autres ! A nous aimer les uns les autres, comme tu nous l’as demandé.

 

Père Louis Morandeau

Je n'ai rien à Te donner

Seigneur, regarde-moi en passant.
Abrite-Toi un moment dans mon âme,
mets-la en ordre d’un souffle,
sans en avoir l’air, sans rien me dire.
Si Tu as envie que je croie en Toi,
apporte-moi la foi.
Si Tu as envie que je T’aime,
apporte-moi l’amour,
moi, je n’en ai pas et je n’y peux rien.

Je Te donne ce que j’ai : ma faiblesse, ma douleur.
Et cette tendresse qui me tourmente….
Mon mal, rien que mon mal..C’est tout.
Et mon espérance…..

Je n’ai rien mis de côté pour Toi.
Rien..pas une bonne action. J’étais trop lasse.
Rien..pas une bonne parole. J’étais trop triste.
Rien que le dégoût de vivre, l’ennui, la stérilité.

Le besoin d’être heureuse (..)

Des troubles, des épouvantes, des doutes…

Seigneur ! voilà que, comme un chiffonnier,
Tu vas ramassant des déchets, des immondices.
Qu’en veux-Tu faire, Seigneur ?

Le Royaume des Cieux.

Marie Noëlle

Tu seras ma lumière

Tu seras ma lumière,

Père, je remets toutes choses en tes mains.

Fortifie les miennes pour l’œuvre qu’elles ont à accomplir,

Remplis mon cœur de ta paix, ma volonté, de ta présence.

Je veux te promettre, en ces changeantes vallées où toi seul,

compagnon fidèle, ne changes pas, de m’en tenir à Toi,

sans jamais douter ni de ta présence ni de ta bonté.

· Si les jours apportent le réconfort, fais que je t’en sois reconnaissant et y fasse participer les autres.

· Si les jours apportent la peine, aide-moi à la porter;

· Si les heures amènent l’angoisse, donne-moi la main, que je me sente rassuré.

Je ne veux plus dépendre d’autre chose que de toi, de ta grâce immortelle.

Ainsi je ne suis indifférent à rien, mais dans tout, je te retrouverai.

Tu seras dans mon bonheur le plus grand ou le plus petit; tu seras ma lumière si le soleil fuit mes sentiers.

Tout est incertain; ton amour et ta grâce sont seuls certains

Anonyme

Prière d'une lépreuse

Regarde, Seigneur, comme mon corps gracieux est abîmé.
Mais je ne me révolte pas. Je te rends grâce. Toute l’Eternité je te dirai
MERCI car si je meurs cette nuit, je sais que ma vie a été
merveilleusement bien remplie.
En vivant l’Amour, j’ai été comblée bien au-delà de ce que mon coeur
désirait, O mon Père.
Comme tu as été bon pour ta petite Véronique et ce soir, O mon
Amour, je te prie pour les lépreux du monde entier.
Je te prie surtout pour ceux que la lèpre morale abat, détruit, mutile et
terrasse. Ceux-là surtout, je les aime, et je m’offre en silence pour eux,
car ils sont mes frères et soeurs.
O mon Amour, je te donne ma lèpre physique pour qu’ils ne
connaissent plus le dégoût, l’amertume et la froideur de leur lèpre
morale.
Je suis ta petite fille, O mon Père, conduis-moi par la main, comme une
maman conduit son bébé.
Presse-moi sur ton coeur comme un Père.
Plonge-moi dans l’abîme de ton coeur et que j’y demeure avec tous
ceux que j’aime durant toute l’Eternité.

Soeur Véronique

Apprends-moi à bien user du temps

Mon Dieu,

Apprends-moi à bien user du temps que tu me donnes
pour travailler et à bien l’employer sans rien en perdre.

Apprends-moi à tirer profit des erreurs passées
sans tomber dans le scrupule qui ronge.

Apprends-moi à prévoir le plan sans me tourmenter,
à imaginer l’œuvre sans me désoler si elle jaillit autrement.

Apprends-moi à unir la hâte et la lenteur,
la sérénité et la ferveur, le zèle et la paix.

Aide-moi au départ de l’ouvrage, là où je suis le plus faible.
Aide-moi au cœur du labeur à tenir serré le fil de l’attention.
Et surtout comble toi-même les vides de mon œuvre.

Garde en moi l’espérance de la perfection,
sans quoi je perdrais cœur.

Garde-moi dans l’impuissance de la perfection,
sans quoi je me perdrais d’orgueil.

Purifie mon regard : quand je fais mal,
il n’est pas sûr que ce soit mal et quand je fais bien,
il n’est pas sûr que ce soit bien.

Enseigne-moi à prier avec mes mains,
mes bras et toutes mes forces

Rappelle-moi
que si je fais par goût du profit, comme un fruit oublié,
je pourrirai à l’automne;
que si je fais pour plaire aux autres, comme la fleur de l’herbe, je fanerai au soir.
Mais si je fais pour l’amour du bien, je demeurerai dans le bien.

Et le temps de faire bien et à ta gloire,
c’est tout de suite.

Prière d'un bâtisseur de cathédrales – XIIe siècle

Relever le faible

Au-delà des océans,
Tu es venu me chercher,
Au-delà de mes tourments,
Ton amour a triomphé.

Montre-moi la splendeur
Et la beauté qu’il y a,
À t’obéir de tout cœur,
À se confier à ta voix.

Puisque ma vie passera,
En toi je veux demeurer,
Puisque tu triompheras,
Mon cœur en toi veut s’ancrer.

Tu viens relever le faible,
Tu le prends dans tes bras,
Tu le conduis vers ton père,
Qui le console ici-bas,
Entends le cri de ma prière,
Sois mon secours et ma joie,
Passer de l’ombre à ta lumière,
J’ai mis mon espoir en toi.

Benjamin et Thomas Pouzin